mercredi 23 février

That's what you miss on...

GLEE !

Non c'est une blague Lecteur je ne vais pas raconter Glee, quoi que je n'aurais pas tort de le faire.

En effet, tu connais mon caractère asocial et, surtout, mon amour immodéré pour toutes activités mauvaises pour la conscience (mais qui ne sont pas des péchés mortels- j'ai fait mon catéchisme moi-Môssieur, nomého). Je disais donc que j'aime bien me moquer.
Mais ce que j'aime encore plus, c'est me moquer des gens qui font genre de rien alors que tu sais très bien que bon, hein ça va, on ne me la fait pas à moi, honey!
Mais si Lecteur tu vois, genre la fille qui poste sur FB des trucs qui ont l'air anodin et qui font genre "j'suis une fille bien" mais que  toi, comme t'es aware t'as les infos qui piquent et tu sais que c'est une cochonette de course genre y a que le furet du Bois-Joli qui n'est pas passé entre ses jambes tu vois un peu mieux maintenant?
Beh voilà, ça j'aime bien. Mais c'est mal, oui c'est mal de se moquer parce que bon, honnêtement, je ne peux point me targuer de ne jamais avoir péché et donc de pouvoir lui jeter la première pierre, Pierre, Lecteur pardon. (Je suis à deux doigts de m'agacer).

Enfin donc voilà, j'aime bien me moquer. Ouh d'ailleurs il me revient à l'esprit une anecdote toute croquignolette.
L'autre jour, le Lémurien m'a raconté qu'il s'était piqué une écharde dans le doigt, il va donc auprès d'une collègue lui demander si elle n'a pas une aiguille pour ôter le petit bout de bois rebelle de son doigt meurtri. Or ma collègue, barakie certes mais serviable avant tout, lui propose elle-même de lui ôter le-dit petit bout de bois. Elle s'y reprend alors à moultes reprises, charcutant le doigt du Lémurien qui, stoïque ne cille pas une fois. Au bout de quelques minutes, le Lémurien, usé par l'épingle, lui suggère d'arrêter et c'est là qu'elle lui répond, devant une meute de clients, de son bel accent borain "Ouh ben heureusement qu'on a arrêté, j'suis toute crue* avec ton doigt". Evidemment, le Lémurien eut quelques difficultés à ne pas éclater de rire face aux regards mi-lubriques, mi-choqués de certains clients...
Bah ça, encore une fois, ça me fait rire.

Et c'est mal, parce qu'elle était gentille et on ne doit pas se moquer des gens gentils mais, mon dieu pourquoi sont-ils si con alors?
Mais en fait tout ça nous ramène bel et bien à Glee.
En effet, cette série nous apprend à être gentil avec les autres car elle nous apprend que la popularité ainsi que la coolattitude, qui permettent d'être à l'abri des moqueries sont malheureusement infidèles.
Prenons le cas de Quinn Fabray dans Glee, elle est cheerleader, blonde, jolie et présidente du club de chasteté et comme toute capitaine des pomspoms elle sort avec le quaterback de l'équipe de football de son lycée. A partir du moment, où elle tombe enceinte du meilleur ami juif de son mec et ben paf!, bardaf, c'est l'embardée , elle se prend des granités dans la tronche, ses parents la jartent de chez elle et elle n'a plus que ses amis de la chorale (hein hein la LOUSE).

Bon je digresse mais tout ça pour dire qu'en fait, maintenant que je suis adulte et mature, j'ai une confession à faire: je suis désolée d'avoir embêté les nerds de maths 8 qui jouaient avec des cartes Magics sur la première table dans le local des rhétos.
Ma punition est terrible: je partage ma vie avec un des leurs (pas la même promo quand même hein, mais le Lémurien appartient à une espèce apparentée à la faune qui peuplait cette fameuse première table de la lose).

"These are my confessions
Man I'm throwed and I dont know what to do"
-Usher-

* "crue" dans ce contexte signifie "mouillée" pour les non-borains lecteurs.

Posté par Marie-Antoinette à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur That's what you miss on...

Nouveau commentaire