Réflexions échevelées et autres considérations métaphysiques d'une jeune fille de bonne famille.

lundi 28 mars

For a smile we can share the night

C'est marrant comme ça ne tient à rien parfois.

Même pas besoin d'être sincère... Juste faire semblant.

C'est assez sympa comme concept d'essayer de ne plus jeter mes émotions à la figure des gens. Ce qui est incroyable en revanche c'est que j'y arrive, moi qui suis toujours si ceci, tellement cela, là il ne reste qu'un beau masque lisse qui sourit... Enfin, beau n'éxagérons rien tout de même...

Je me détache, et ça a l'air d'aller, un sourire un peu humide, un peu beurredecacaoté pour plus de souplesse... C'est assez formidable car je me trompe moi-même, je barre mes petites angoisses futiles et occidentales et capitalistes, comme dirait le Lémurien: "Et puis merde!"

"Même à seize ou dix-sept ans, alors que nous ne savons pas tout à fait en quoi consiste "aimer" ou "être aimée", nous autres femmes, nous semblons connaitre déjà d'instinct le bonheur d'être aimées". Yasushi Inoué- Le Fusil de chasse.

Just one more time

Some will win, some will loose

Posté par Marie-Antoinette à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 02 mars

It's a Man's, Man's, Man's World

Mon Dieu

Honnêtement, Lecteur, je reviens de loin.

De la quatrième dimension, au moins. Au moins.

Effrayant, à quelques kilomètres de chez soi, effrayant de découvrir une société parallèle qui semble partager le même monde que nous. Comme si j'avais glissé dans un pli spatio-temporel.

La politesse, le rapport aux autres, les interactions, tout est tellement différent et m'a paru si rude. Je n'ai pourtant pas l'impression de vivre dans une bulle privilégiée, je veux dire par là: vivant dans une région de boulets, j'ai pour habitude de cotoyer et d'enseigner à beaucoups de publics différents. Mais là je ne pourrai pas. Impossible. Je vais faire mes trois semaines avec ma gentille classe (Dieu merci, un miracle j'ai eu la seule classe civilisée). Et puis, je partirai, très vite sans me retourner, et n'y retournerai plus jamais.

Morceaux choisis:

1. Bureau du directeur.

Une jeune fille en survêt' entre sans frapper: " 'sieur, i'm'faut un pansement pasque celui qu'j'ai lé tombé."

Le directeur interrompt l'entretien qu'il est en train d'avoir avec un couple au sujet de l'éventuelle exclusion de leur fils, met un pansement à la jeune fille puis reprend sa conversation. J'ai tout vu et entendu depuis le couloir.

2. Classe de 2P.

La dizaine d'élèves parlent comme s'ils se trouvaient dans la cours de récréation. Le professeur donne cours. Un élève se lève et commence à ôter les carrelages qui couvrent l'estrade, d'autres lui emboîtent le pas en ignorant superbement les hurlements du professeur. La cloche sonne. Ils rassemblent leurs affaires et sortent sans prêter attention au professeur, emporant avec eux l'une ou l'autre dalle du carrelage. J'étais dans le fond de la classe.

 

Je suis allée à M*********. Je n'en suis toujours pas remise.

"Anyway you want it

That's the way you need it"

Posté par Marie-Antoinette à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 23 février

That's what you miss on...

GLEE !

Non c'est une blague Lecteur je ne vais pas raconter Glee, quoi que je n'aurais pas tort de le faire.

En effet, tu connais mon caractère asocial et, surtout, mon amour immodéré pour toutes activités mauvaises pour la conscience (mais qui ne sont pas des péchés mortels- j'ai fait mon catéchisme moi-Môssieur, nomého). Je disais donc que j'aime bien me moquer.
Mais ce que j'aime encore plus, c'est me moquer des gens qui font genre de rien alors que tu sais très bien que bon, hein ça va, on ne me la fait pas à moi, honey!
Mais si Lecteur tu vois, genre la fille qui poste sur FB des trucs qui ont l'air anodin et qui font genre "j'suis une fille bien" mais que  toi, comme t'es aware t'as les infos qui piquent et tu sais que c'est une cochonette de course genre y a que le furet du Bois-Joli qui n'est pas passé entre ses jambes tu vois un peu mieux maintenant?
Beh voilà, ça j'aime bien. Mais c'est mal, oui c'est mal de se moquer parce que bon, honnêtement, je ne peux point me targuer de ne jamais avoir péché et donc de pouvoir lui jeter la première pierre, Pierre, Lecteur pardon. (Je suis à deux doigts de m'agacer).

Enfin donc voilà, j'aime bien me moquer. Ouh d'ailleurs il me revient à l'esprit une anecdote toute croquignolette.
L'autre jour, le Lémurien m'a raconté qu'il s'était piqué une écharde dans le doigt, il va donc auprès d'une collègue lui demander si elle n'a pas une aiguille pour ôter le petit bout de bois rebelle de son doigt meurtri. Or ma collègue, barakie certes mais serviable avant tout, lui propose elle-même de lui ôter le-dit petit bout de bois. Elle s'y reprend alors à moultes reprises, charcutant le doigt du Lémurien qui, stoïque ne cille pas une fois. Au bout de quelques minutes, le Lémurien, usé par l'épingle, lui suggère d'arrêter et c'est là qu'elle lui répond, devant une meute de clients, de son bel accent borain "Ouh ben heureusement qu'on a arrêté, j'suis toute crue* avec ton doigt". Evidemment, le Lémurien eut quelques difficultés à ne pas éclater de rire face aux regards mi-lubriques, mi-choqués de certains clients...
Bah ça, encore une fois, ça me fait rire.

Et c'est mal, parce qu'elle était gentille et on ne doit pas se moquer des gens gentils mais, mon dieu pourquoi sont-ils si con alors?
Mais en fait tout ça nous ramène bel et bien à Glee.
En effet, cette série nous apprend à être gentil avec les autres car elle nous apprend que la popularité ainsi que la coolattitude, qui permettent d'être à l'abri des moqueries sont malheureusement infidèles.
Prenons le cas de Quinn Fabray dans Glee, elle est cheerleader, blonde, jolie et présidente du club de chasteté et comme toute capitaine des pomspoms elle sort avec le quaterback de l'équipe de football de son lycée. A partir du moment, où elle tombe enceinte du meilleur ami juif de son mec et ben paf!, bardaf, c'est l'embardée , elle se prend des granités dans la tronche, ses parents la jartent de chez elle et elle n'a plus que ses amis de la chorale (hein hein la LOUSE).

Bon je digresse mais tout ça pour dire qu'en fait, maintenant que je suis adulte et mature, j'ai une confession à faire: je suis désolée d'avoir embêté les nerds de maths 8 qui jouaient avec des cartes Magics sur la première table dans le local des rhétos.
Ma punition est terrible: je partage ma vie avec un des leurs (pas la même promo quand même hein, mais le Lémurien appartient à une espèce apparentée à la faune qui peuplait cette fameuse première table de la lose).

"These are my confessions
Man I'm throwed and I dont know what to do"
-Usher-

* "crue" dans ce contexte signifie "mouillée" pour les non-borains lecteurs.

Posté par Marie-Antoinette à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 14 janvier

Shoryuken

J'ai rêvé que j'allais à l'école en pantoufles. Du coup, trois fois sur le chemin j'ai vérifié que j'avais bien mis mes chaussures. C'était stressant.

J'ai des envies d'utopie.

Simples:
- une nouvelle bibliothèque pour pouvoir ranger,
- quelques petites choses stupides que j'aime bien comme une écharpe Gryffondor, un nouveau plumier, un petit chat que j'appellerai Alphonse...
- un petit peu plus de temps,
- des bus plus ponctuels...

Puis des utopies un peu plus... complexes:
- devenir le maitre du monde,
- savoir faire du Kung-fu ou même un art martial plus classe mais j'ne sais pas pourquoi le Kung-Fu je trouve ça fun,
- des milliards et des milliards de livres à moi, riiiiien qu'à moiii,
- du temps pour les lire,
- la pierre philosophale,
- ma propre librairie,
- des enfants (un mâle, Édouard, et une femelle, Apolline) bien élevés qui me vouvoient,
- un deuxième petit chat, nommé Totoro, et un beauceron que j'appellerai Sheldon (ou Sushi si c'est une fille).

Ceci dit, je peux, si je me concentre très fort imaginer une dystopie assez aisément. Easy que je te dis.

Marche à Suivre:
1. tu prends l'ex dont tu as le plus honte (tu le prends dans ta tête hein tu le prends pas en vrai);
2. tu imagines à quoi il ressemble maintenant EN SACHANT QUE...
   a. il n'a pas fini ses études, ou ne les a même pas commencées,
   b. il a pris 10kgs,
   c. il a perdu des dents.
3. tu imagines que tu es mariée avec cet individu (puais ouais le beau mariage avec la robe-bustier que même si t'es grosse tu mets parce que c'est la mauuude) et que tu as eu des enfants avec lui ou PIRE que tu es enceinte ce qui sous-entend que "la chose" a eu lieu endéans les 9 mois précédents (ça fout la gerbe hein^^)
4. Tu imagines le doux prénom que porte cet enfant, dans mon cas [je parle d'expérience car je retranscris l'ignoble vérité imaginée par l'ex évoqué au point 1.] Je serais l'heureuse propriétaire de deux enfants qui se seraient nommés "Diego" pour le mâle et "Emma" pour la femelle.
5. tu imagines aussi ton lieu de vie: maison de rangée, appartement social vétuste, caravane,... Tout est permis. Pour lé déco, je vois une cheminée en marbre, papier peint jaune à motif bleu, frise avec style chinois, duos de sabres japonais sur la cheminée entre le teckel en verre qui sert à ranger les clés et la fontaine qui fait "plicplicplic". On mangera des pâtes au sucre mais on aura une télé écran plat et un décodeur VOO.
6. Tu imagines le pire métier que tu n'aurais JAMAIS voulu exercer et tu te dis que c'est ton travail.
7. Tu imagines ton chien, personnellement j'ai une préférence pour le duo chien de M.- chien de Mme. Je m'explique:  votre mâle dominant a un chien, un American Staff nommé "Tyson"dans ma dystopie mais ça c'est chacun pour soi hein j'impose pas et vous vous en avez un aussi, pour ma part je vote pour un Jack Russel épileptique nommé "Gamin".
8. On peut imaginer plein de trucs encore, genre les amis qu'on aura, les vacances, les bulletins des enfants, enz.

Quand on a fini d'imaginer sa dystopie, on ouvre les yeux, on respire et les utopies paraissent moins loin...

=)

Posté par Marie-Antoinette à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 05 septembre

Rewrite

C'est fou cette tendance à écrire que ça ne va pas.

C'est vrai quoi...

Il y a quelques mois, je réussissais mon année...

J'ai rien dit.

Il y a quelques semaines, Le Lémurien et moi nous fêtions notre premier anniversaire de couple.

J'ai rien dit.

Il y a quelques jours, on décidait de partir à deux, en amoureux visiter le Mont Saint-Michel (mon rêve depuis que j'ai 12 ans).

J'ai rien dit.


Là, il y a deux jours, on s'est disputé.
J'ai pas su entendre, j'ai pas su comprendre et me taire.
J'ai foiré.
Là, il n'est plus là.

J'ai envie de hurler, de le dire...


Ça pourrait presque -presque- être drôle.


"Pour le weekend, on a voulu faire les châteaux de la Loire. Malheureusement, ils étaient déjà faits. "
Francis Blanche.




Posté par Marie-Antoinette à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


vendredi 26 mars

J'ai donné tout au soleil sauf mon ombre. G. Apollinaire

Ça tourne.

Ça s'empire, ça s'emballe.

Chaque seconde s'écoule comme tombe une goutte d'acide qui va s'écraser et ronger un corps.

Mon cœur est le charnier où l'on a déposé les dépouilles d'Orgueil, Espoir et Joie... Ça fait des ravages la manipulation.

J'ai envie de voir la mer, de sentir le vent qui me gifle le visage. Un autre ailleurs, un autre moi. C'est peut être là que se situe l'abcès.

J'ai envie d'avoir du courage. De poser des mots qui explosent comme des bombes. Pas pour le tuer. Pour qu'il réagisse.

Trop tard, bien trop tard à mon avis.


"Vous parlerez d'amour quand il aura mangé."
Guillaume Apollinaire.

Posté par Marie-Antoinette à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 05 mars

Ready, Steady, GO

Bonsoir Lecteur,

Rien n'a changé... Ah si, je sais maintenant ce que c'est que d'avoir envie d'assassiner des élèves. Oui, c'est tendance d'être un prof qui pète un steak et c'est pourquoi je ne verserai pas là-dedans... Pas aujourd'hui du moins.

Non, aujourd'hui le propos est différent. J'ai une, deux, dix, mille questions. J'ai mal au cœur rien que d'y songer tant elles tournent dans ma tête.

Je pourrais t'en poser mais je suis pas sûre de vouloir entendre les réponses. Je voudrai du courage, un grand sac, rempli de courage. Et je voudrais qu'il comprenne que les mois passent que je tiens tout à bout de bras parce qu'il est mal, parce que  j'ai envie que ça marche, parce que je crois qu'il compte pour moi... mais que j'arrive au bout, et plus il pousse, plus je recule. Un jour, je ne serai plus là mais il ne le verra pas tout de suite...

Même s'il essaie, il ne voit pas. Alors, ici, il n'essaie même pas...
Mais il voit pas.
Il voit rien.
Il ne voit jamais rien. Et il abuse. Enfin, non. Il ne sait pas qu'il abuse et moi j'ai pas le courage de lui dire parce qu'il a mis les barrières, les limites mais moi j'ai pas envie de ces limites là. Je m'en fiche de tout ça, je veux qu'il soit sincère parfois je veux l'épouser mais après je veux le quitter parce qu'il me rend malheureuse mais parfois non.

Parfois non.

J'ai été trop loin, j'ai laissé tomber le masque et j'ai ouvert ma plaie. Il a vu le sang, je ne peux plus reculer.

Prise au piège. Once again. C'est un peu chien la vie parfois.

1. Mange.

2. Mange.

3. Mange.

4. Pas trop non plus.

5. Avale?

Ça résume pas mal le débat...

Alors heureuse?


Posté par Marie-Antoinette à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 02 janvier

Happy beurzday Pitit Jésus!

Youhou!

Bonne année Lecteur!! Santé, gloire, amour et paix sur la Terre :D

En le Pitit papa Nowel, il a été gentil tout plein... Regarde:

D_cembre2009_114





Trop cool hein?
- L'Ainé et Brisingr (Le Lémurien),

- Clues de Mara, Bashung Live en DVD et des affaires H&M (La mère Michèle),

- Bague et boucles d'oreilles (Micro),

- Petit Lapin bleu en verre (belmamanzébopapa qui ont pas percuté que c'est pas parce que je ne mange pas de lapins que j'en suis fan mais c'est pas grave ça m'a fait plaisir tout plein dans mon pitit coeur),

-Horloge on la voit pas sur la photo(Larry)

- chez le paternel Papa Nowel est pas encore venu (c'est scandaleux, d'ailleurs).

Si ça c'est pas du beau Nowel je comprends plus rien :D

<3 <3  <3  <3

Posté par Marie-Antoinette à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 27 novembre

Et toutes tes dents!

Bonsoir Lecteur,

Aujourd'hui il va falloir qu'on m'explique certaines choses.
Ah au fait, bonne fête du mouton!

Ceci dit, je disais... Ah oui, va falloir qu'on m'explique parce que c'était pas sur les minutes du contrat tout ça chers amis!!

Je m'explique:

Pourquoi suis-je la seule fille de 21ans qui se trouve un Lémurien qui se gave puis qui se vexe quand je l'appelle amoureusement "Porcinet", un Lémurien qui est allergique aux sms et qui par conséquent me laisse toujours dans le vent sans jamais pouvoir rien prévoir, un Lémurien qui a du mal de me demander si j'ai passé une bonne journée puis qui me tape une crise parce que soi-disant je ne m'intéresse pas à lui (signalons au passage qu'à ma précédente question sur son état d'esprit j'ai obtenu "Ghrmbl" comme réponse), un Lémurien de 30 ans qui joue en réseau à Left For Dead toute la nuit avec ses potes, trentenaires eux aussi, en se parlant à travers des casques-micros or qu"ils sont dans la même pièce? Hein? Pourquoi moi? Pourquoi c'est moi qui obtient ce Karma, je sais pas ce que j'étais dans ma précédente vie mais bordel j'suis pas certaine d'avoir mérité ça...

Non franchement, je sais que je me plains d'aise et que je râle toujours... Mais parfois, ça serait chouette d'avoir un Lémurien qui donne un peu d'importance à ce que je fais...

Je te blablate tout ça Lecteur et c'est mal parce que je devrais lui en parler directement. Mais ce soir, c'est pas possible et j'ai besoin de vider mon sac...

Oui c'est pas possible.. Hé oui Lecteur on est vendredi, et le vendredi du Lémurien  c'est pizza-console avec B. (ami mâle favori)...

OUI, oui tu as bien lu... 30 ans, pizza-console...

Je sais, c'est désolant...


EDIT: un super méga big up à mon twin pour sa consultation piskologik différée ^^

Posté par Marie-Antoinette à 20:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 22 novembre

So long my friend

Beaucoup de temps.

Beaucoup d'absences. Arrachée au virtuel par la vie active, au final, c'est cool.

Beaucoup de stress, d'amour, d'échanges. Un peu d'échec, beaucoup de réussite.

Un lémurien, une cocotte et mon twin [rebaptisé "Frère trois points" pour l'occaz' (hé oui cher ami, je t'invite chaleureusement à acheter le Nouvel Obs' c'est une tuerie)] qui me manquent mais qui sont dans mon cœur.

Les études, le stage ou comment oublier qu'on a des amis et une console.

Beaucoup d'angoisse, merci la fratrie.

Un anniversaire, des larmes, des élèves, des cons, des malpolis, des anges.

Beaucoup de bêtise humaine, beaucoup de qualités.

Passez à l'action, sauvez les dragons!


Trop peu de temps, comme toujours...


Posté par Marie-Antoinette à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,